AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Livre d’Ocitarhos

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 14:38

Préambule


Dans la culture des peuples, il est des choses les plus courantes comme la recherche scientifique ou purement philosophique. Dans le monde dans lequel nous vivons, il semble que ces deux grands sujets soient les seuls moyens de progresser dans la découverte d’une vie ou d’un univers meilleur.

Ceci dit, chaque race, ethnie, ne se donne pas les mêmes moyens d’y parvenir. Ainsi, notre peuple avant de s’y consacrer, fut belliqueux. La nécessité venait du fait que le monde au-dehors duquel vous vivez n’est certainement pas pacifique, et accepte encore moins de partager ses connaissances avec des étrangers, ou pire encore : les réservent à une élite au sein même de leur ethnie, créant de ce fait un accès au savoir peu égalitaire. Ce fut d’ailleurs la raison de leur défaite face à nos armées.

Mais n’anticipons pas. Commençons par le commencement.

Chapitre I -Une époque de mythes & légendes.


Au tout début nous étions comme tous les autres, simple peuple qui essayait de se faire une place sur ce monde vaste aux multiples ethnies toutes plus ou moins agressives. Avec le temps les choses ont avancé vers un développement de la technologie des plus rapide je dois dire. Mais les échanges intra-ethniques n’étaient pas encore ceux d’aujourd’hui. La guerre était le principal « mode d’échange ». Notre peuple dut s’y mettre. Grâce au génie architecte de notre peuple ainsi que les connaissances amassées nous pûmes rivaliser avec nos assaillants.

A cette époque, les conflits étaient courants et ravageaient le monde. Nous faisions partis de ceux qui attaquaient, oui, n’ayons pas peur de le dire. Mais c’est aussi à cette époque que les premiers héros, premières légendes naquirent.

Les siècles passèrent et le développement de notre civilisation continua inexorablement. Toujours en quête d’un plus grand savoir, nous parcourûmes le monde relevant les différentes faunes et flores, remplissant notre bibliothèque d’une connaissance quasiment infinie. Au cours de ces voyages, une ethnie nous parut digne d’attention. Qu’étaient-ils ? « Eldar » comme nos chers cousins ? Non aussi nobles mais plus jeunes. Leur habitats comme leurs environnements dans totalité étaient constitués d’Arbres, de feuilles, de grandes forêts en somme. « Elfayas » dans notre langue ? « Ami des Arbres » en langue commune ? Non le mot du « basique » était « Elfes ».Oui « Elfes », cela sonnait bien.

Au début nos échanges avec cette peuplade étaient divers et variés autant en armes, qu’en architecture et sculptures (d’ailleurs certains de nos bas-reliefs et statues viennent de cette époque). Mais avec le temps les choses ont évolué si je puis dire. En bien ou en mal, qui peut l'affirmer ?

La race des Elfes se scinda en une myriade de « sous-races » : Elfe Noir, Elfe des Bois, Haut-Elfe, Elfe des Glaces… Si certaines avaient gardé des relations cordiales, d’autres se haïssaient de manière plus qu’ostentatoire. Malgré cela nous continuâmes nos échanges avec les Elfes des bois, seule ethnie encore douée de bons sens. Les haut-elfes nous méprisaient, les Elfes Noirs livraient des batailles sanglantes contre nos armées, et les Elfes des Glaces nous ignoraient. Notre vision d’un monde unis sous une seule bannière s’étiolait. Avons-nous été trop idéalistes ? Même aujourd’hui cela est encore incertain.

Vers la fin de cette ère, si nos connaissances progressaient à la vitesse de la lumière, nous n’avions pas avancé en matière d’unification. Nous vivions une époque fantastique, avec des légendes et mythes à chaque recoin de ces terres mystiques, des batailles mémorables, des découvertes qui resteraient dans l’Histoire. Malgré cela nous avions un sentiment de défaite, de vide comme si quelque chose devait être accompli mais ne l’était pas.

Notre gouvernement, organisé sous forme de matriarcat, procéda à une suite de réformes dans certains domaines : la magie comme la science, l’armée comme la diplomatie…

Nous consacrâmes deux siècles complets de l’existence de notre race à ces travaux fondamentaux. Rien de bien mirobolant ne sortit lors du premier siècle, et même si nous devenions une civilisation très développée, le « déclic » se fit au commencement du second siècle.


Nos scientifiques mirent au point un feu spécial : « Océome Fïreuris ». C’est un feu composé d’un mélange de naphte et de salpêtres, tenant sur l’eau. Un prodige pour nos scientifiques. Certes, car cela nous permettrait enfin d’accéder au zones les plus reculées du Monde. Là où nous avions échoué, anéantis par les armées ennemies. De l’autre côté, nos architectes mettaient au point de véritables machines de guerre à flots, fleurons des technologies les plus avancées.

Deux ans plus tard, une épidémie toucha notre peuple, ravageant nos contrées et mettant en danger la survie de notre espèce. La démographie devient plus que douteuse et c’est là que se révéla un des mœurs de notre peuple : la quête de l’immortalité. Oui une peur de la mort certainement motivée par la crainte de perdre tout ce qui avait été acquis. C’est là que nos mages et nos scientifiques travaillèrent de concert sur un sujet qui avait été refoulé, débattu depuis des siècles : l’âme.

Alors que notre travail sur cette notion progressait certes lentement mais sûrement, un bouleversement politique se produisit. Des centaines d’empires envoyèrent des messagers afin de savoir si notre peuple ferait parti du plus grand rassemblement de tous les temps : Un Empire. Mais un Empire qui recouvrerait la moitié du monde. Un Empire qui mettrait fin à tous les conflits. Un Empire multiracial. Une proposition alléchante, oui ! Surtout parce que cela nous ouvrait les portes vers d’autres technologies, d’autres savoirs…

Nous acceptâmes. Ainsi nous fûmes rattachés au Conglomérat Impérial. Mais ce n’était qu’un nom pour désigner la taille. Le régime politique fut une République démocratique principalement incarnée par le conseil qui rassemblait les différents représentants des Empires.

C’est à partir de cet instant que beaucoup de choses changèrent. Au début, tout se passait bien, mais les querelles apparurent, et notre matriarche multiplia les machinations pour se faire élire à la tête du Conseil. Sous son mandat, la République devint une véritable puissance militaire. Forte d’une technologie avancée, d’une armée de mages et de troupes « ultra-entrainées » les conquêtes se multiplièrent.

Si d’un côté nous connûmes une progression titanesque de notre savoir, il semblait que notre espèce en soi, s’était fourvoyée et amorçait une longue descente aux Enfers...

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 14:39

Chapitre II- La quête de l’Immortalité


Je me dois de consacrer une partie complète de ce livre à ceci car cette notion est bien la source des réponses à nos question comme l’origine de notre disparition mais n’allons pas trop vite ! Prenons le temps de débattre et de connaître le passé afin d’établir le futur.

C’est une des notions les plus complexes que le monde porte en son sein. Quelque chose que l’on fait miroiter aux hommes depuis des millénaires. Il faut aborder ce thème avec beaucoup de délicatesse car le temps et les civilisations en ont altéré le sens propre.

Les premiers sujets expérimentaux qui nous furent fournis après de longues recherches et batailles étaient les Tëmpres Nosferatus. Leur origine remonte à cette épidémie qui ravagea notre espèce aux abords du siècle des Lumières que nous avons connus.

Ils sont immortels. Cela ne fait aucun doute suite aux analyses de leur corps et sang. Leurs tissus se régénèrent et ce grâce à la tumeur qui habite leurs organes et modifie leur métabolisme. Seulement, ils doivent se nourrir de sang chaque jour où leur corps se désagrège dans les 48h qui suivent.

Devant cette conclusion de nos scientifiques, nous enchaînâmes notre second échec. Nous étions pensifs sans aucun doute. Nos mages passèrent des jours entiers à lire et relire les ouvrages contenus dans nos « citadelles de savoir ». Passant en revu les croyances, légendes des autres peuples autant que les nôtres, ils ne négligeaient aucune piste. Mais à chaque fois scientifique et mage se heurtaient à un mur. Quelque chose de déroutant quand on voyait tout les travaux effectués depuis ces derniers siècles. Nos recherches nous poussèrent du côté des mythes dédiés à la création du Monde. Là où créatures imaginaires et héros en passant par les Dieux, tenaient les rôles principaux.

Après trois ans de recherches intensives, nous mîmes la main sur un ouvrage rare aux reliures dorés et cachés profondément dans des ruines au sein d’une forêt. Sa conception était des plus magnifiques, et son écriture en lettre dorées, foncées et finement penchée. Un chef-d’œuvre sans aucun doute. Le corps d’expédition qui le trouva passa des heures à l’étudier.

Le livre contenait des trésors de savoirs. Il avait été caché comme s’il était autant bénéfique que maléfique. Environ deux chapitres complets étaient consacrés à l’Immortalité. Elle avait été étudiée sur la race des Elfes. Certains passages furent des révélations mais aussi des plus énigmatiques :
« L’Immortalité ne s’atteint pas par l’exaltation de soi mais par le don de soi »

Une mise en garde aussi figurait en bas de page :
« L’Immortalité ne signifie pas l’invincibilité »

Ce n’est seulement qu’après que nous comprîmes pourquoi ce livre fut enseveli loin des regards. La suite du bouquin concernait une piste liée au mythe du Cimetière perdu d’Ispérios. Mais tout ce qui suivait décrivait ce lieu comme l’enfer sur terre. Toutes personnes y étant allée n’était jamais revenue. Aucune explication apparente. Un mystère des plus intéressants.

Evidemment, de retour à la capital une expédition fut montée pour y aller. Nous ne les revîmes jamais. Cette piste fut condamnée elle aussi. Pourtant avec plusieurs autres, nous comprîmes bien trop tard que c’était la bonne piste … mais nous devions garder le silence par respect pour ce que contenait ce cimetière. Mais revenons à notre échec.

Les années passèrent, et aucune découverte significative ne vit le jour. Pendant ce temps, les guerres continuaient et l’Empire grandissait. Entre méditations, livres et débats les choses semblaient se prolonger sans pourtant faire immerger de nouvelles pistes.

Un échec complet ce serait ? Impossible, tout ce travail pour rien ? Nous devions percer ce secret afin d’assurer la pérennité de notre espèce. Mais bientôt la plus grande guerre de tout les temps éclata et nous emmena dans un conflit qui allait durer vingt ans.

Quand je pense que nous n’étions pas loin de la solution… cela me fait une étrange impression pourtant. Je ne suis pas du tout frustré. Plutôt serein, oui, de savoir que la mort sera éternelle en ce monde et fera barrière à tous ceux qui tenteront de l’éviter. Et puis il y a toujours cette faille oui, ce cimetière. Je suis persuadé que certains réussiront là où nous avons échoué… et qui sait ? Peut-être qu’un jour nous aurons une nouvelle chance.

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 14:40

Chapitre III – Le choc des Générations.


Il ne fait aucun doute quand j’aurais fini d’écrire ce livre nous ne serons plus de ce monde. J’ai le sentiment par contre que ce ne sera pas la fin pour autant. Quelque chose me dit que nous reviendrons sur ces terres qui ont vu notre naissance. Dans quel but ? Je ne peux point encore le dire.

Alors que je continue d’écrire cet ouvrage, la guerre s’est terminée et nous avons perdu. Toute la République. Elle est d’ailleurs morcelée au moment je poursuis ces lignes. La raison de notre échec je ne la connais pas. Je ne fis pas parti des grands de ce monde. Je n’ai pas de regrets au fond sur cela. Notre espèce n’était plus ce qu’elle fut. Certainement une pâle réplique de sa grandeur passée. Trop agressive, trop assoiffée de pouvoir et de domination. Au final bien loin de ce qu’elle avait aspiré à devenir.

J’ai encore un peu mal à la tête après ce choc de lumière au sommet de la Citadelle d’Argent mais bon mes compagnons se sont réveillés. La voie à suivre devra bientôt être prise. Tiens, j’ai encore mal au dos. Cette douleur n’est toujours pas partie. Et qu’est-ce que c’est que ça ? Une plume ? Les oiseaux ne devraient pas se battre. Pourtant cette plume est bizarre, blanche, soyeuse, vraiment remarquable. Je vais la mettre dans le livre pour ne pas l’oublier.

L’Océan s’étant aujourd’hui sur notre Royaume d’antan. Une vision étrange presque empreinte de nostalgie. D’ailleurs j’ai encore des gouttes de pluie sur le visage, non ce n’est pas de la pluie. Ce sont des larmes, oui, des larmes. Certainement ma dernière réaction face au temps qui défile. Les souvenirs ne sont pas altérés et ne périront sûrement pas avec nous.

Notre époque s’est achevée dans un fracas apocalyptique mettant fin à une épopée de mythes et de légendes, de gloire, d’Héroïsme. Des rumeurs montent nous disant que des croyances connues sous le nom de religions prennent le contrôle du Monde. Mais une autre nous semble plus importante. Il paraît qu’une cité aux murailles de cristal à la splendeur architecturale a vu le jour et ce au centre du Monde.

Avec mes compagnons nous prenons conscience que nous n’étions que les précurseurs de l’avenir et responsables du Monde que nous avons laissé aux générations futures. Oui, nous avons le sentiment que tout ne fait que commencer…

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 14:50

Chapitre IV-Anthéchrista, Epée des Dieux


Dans le mondes des mythes et légendes, il y en a une qui mérite la peine d’être connue. Nous avons parcouru le monde mais malgré cette prouesse il nous manquait quelque chose de capital. Une raison d’être pour certains, un but pour d’autres. Au fond c’est deux choses se ressemblent et pendant plusieurs siècle notre espèce y a consacré toute son énergie.

La suite est véridique. Il fallait quelqu’un pour la consigner quelque part afin que les générations futures puissent connaitre à leur tour le Monde.

Après avoir conçu une civilisation extrêmement avancée sur de nombreux points, nos érudits érigèrent un Sanctuaire en l’honneur de l’Eternel. Notre Matriarche s’y rendit afin d’invoquer le Roi des Dieux. Ce n’est que lors du septième jour, que nous reçûmes un signe. Le soir alors que la pluie ruisselait, et le vent balayait les cimes, notre matriarche était au sommet du Sanctuaire. Ce qui s’est passé nous ne le savons pas nous-mêmes. Elle descendit avec dans les mains une épée magnifique, finement ouvragée. Un chef-d’œuvre des forges divines sans aucun doute. Notre matriarche nous révéla que cette épée était la lame de justice, l’épée des Dieux, et qu’elle s’appelait dans notre langue « Anthéchrista »(Excalibur en langue commune).

Cette épée au pouvoir impressionnant devait nous servir à repousser les forces du Mal, mais que ce serait aussi un signe pour celui qui un jour élèverait notre civilisation à un niveau de savoir dont nous n’osions pas rêver. Pour cela elle devait être protégée, conservée loin des regards. Notre peuple devînt le Gardien de l’épée des Dieux. Ce que nous avons fait n’a plus d’importance au vu de ce qu’a apporté l’avenir.

Une fois parti de la plage, nous décidâmes, nous les survivants, d’enfouir cette épée loin des mortels. Cette épée qui au final avait été le fléau de notre peuple, la raison pour laquelle la horde noire s’était abattue sur notre espèce. Etait-ce une épreuve, de la part de l’Eternel ? Encore aujourd’hui nous hésitons. Mais cela restait notre devoir.

Ogion entreprit des recherches à travers le monde. Cinq ans après nous avions décidé quoi faire. En Soléandre, nous avons placé trois indices qui aideraient le Roi des Archanges accomplir sa mission.

A partir du Sang angélique et de notre magie, nous avons créée trois sphères qui serviront de clés :
-La sphère de Thornum
-la sphère d’Esmora
-la sphère d’Océome

A chacune nous érigeâmes un temple dans l’élément correspondant. Je laisse les emplacements géographiques autre part, au cas où ce livre tomberait entre de mauvaises mains.

Là dans un endroit dont je tais l’emplacement une nouvelle fois, nous avons construis un sanctuaire de Lumière dans lequel nous avons placé Excalibur.


Blason sur la porte de la Lumière, là où est enfermé Excalibur

_________________
Dying is the day worth living for


Dernière édition par Morgan Helsing le Sam 17 Oct - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 14:56

Les trois sphères seront nécessaires pour ouvrir la porte. Mais Ogion a jugé nécessaires de mettre une épreuve pour obtenir Excalibur.
La magie des Méphistarias a donné naissance à ce Gardien : Ysjaros


Ysjaros, Gardien d’Excalibur


Le sanctuaire en lui-même est défendu par les prêtres qui ont fait serment de protégé ce lieu.


Prêtre du Sanctuaire

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 10 Oct - 15:02

Les Méphistarias se sont donc scindés en plusieurs parties mais nous avons gardé contact et échanges commerciaux.

Méphistarias d’Esmora




Ces Méphistarias ont choisi d’avoir la charge de la perle d’Esmora. Ils ont une affinité particulière avec l’arcane du feu. Ils maîtrisent quand même la magie des Cieux.

Méphistarias d’Océome




Anges Gardiens de la perle d’Océome, ils protègent le Temple de l’Eau. Ils sont des spécialistes de l’Arcane céleste et aquatique.

Méphistarias de Thornum




Gardien du temple du vent, ils protègent la perle de Thornum. Ils maitrisent parfaitement la magie elfique, qu’ils combinent très souvent à l’Arcane céleste.

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Sam 31 Oct - 13:20

Chapitre V-Mystica Forcia, la puissance des Dieux


Parmi les légendes qui bercent le Monde, il n’est sans nul doute important d’évoquer celle qui a fait miroiter la grandeur et la puissance à nombre de seigneurs et dames. De notre temps, c’était celle de Mystica Forcia qui a tourmenté notre peuple mais aussi les espèces contemporaines à notre époque. Force est d’admettre que d’une certaine manière, ce mythe n’a jamais pu être vérifié sur le fond. Cependant, il a transcendé le temps et l’espace et s’est ainsi étendu à toutes les civilisations. Avec l’apparition de la langue commune, son nom fut traduis par Graal ou Force des Dieux.

Je dois reconnaître que nous fûmes bien idiots de tenter l’aventure. Il n’y avait aucune piste crédible et malgré nos années d’existence rien n’avançait dans ce sens. L’apparition des religions devînt vite un obstacle. Pourquoi ?, me demanderez-vous. Simplement parce que suivant les différentes croyances, Mystica Forcia apparaissait comme l’objet tentateur ou au contraire salvateur. Certaines religions le mirent d’ailleurs parmi les pêchés que portait le Monde, au même rang que la luxure et la gourmandise. C’est à ce moment là, je crois que nous nous sommes aperçus de la bêtise des Hommes.

Grande fut notre déception quand nous apprîmes la réalité. Si ce n’était qu’un mythe, nous entendîmes que beaucoup de gens étaient à sa recherche. Parmi ces personnes, les forces des Ténèbres étaient là, bien présentes. Décidés à mettre la main sur ce trésor mystique qui sans aucun doute conduirait à un accroissement non négligeable des puissances ténébreuses, nous dûmes partir également à sa recherche.

La légende raconte, qu’aux temps anciens lors de la Création du monde, trois déesses : Esmora, Thornum & Océome laissèrent sur Terre un objet en or pur renfermant le pouvoir des Dieux, après avoir fini de façonner le Monde.


Gravure de Mystica Forcia


Ce trésor source d’une puissance destructrice ne pouvait être approché n’importe comment. Ainsi, Mystica Forcia fut scellé. Si la personne qui le touchait avait le cœur pur ou des Intentions bonnes, la Terre connaitrait son âge d’or. Mais si au contraire c’était une personne aux sombres pensées, Mystica Forcia se scinderait en huit fragments. Et seule la réunification des huit morceaux permettrait d’atteindre son but. Les années se sont succédaient et entre les combats, les rumeurs et les pièges, le trésor ne semblait pas plus proche de nous.

Ce n’est que cinq ans plus tard que nous mîmes la main sur l’endroit où reposait la force divine. Cependant nous n’étions pas seuls. Une femme maléfique que nous croyions enfin éradiquer de la surface se trouvait là devant les deux portes qui renfermaient le trésor. Un combat s’ensuivit mais Liannara nous mis en échec et le temps que nous reprîmes nos esprits, elle avait violé le sanctuaire. Dans un éclair de lumière aveuglante, Mystica Forcia se brisa en huit morceaux qui furent éparpillés à travers le monde. Avant que nous pûmes faire quoique ce soit, Liannara s’enfuit avec dans les mains un des huit fragments.

Les années suivantes nous les avons passées à rechercher les morceaux de la Force des Dieux. Le dernier, celui possédé par Liannara, nous ne mîmes jamais la main dessus. Sans ce morceau Mystica Forcia ne se reconstituera jamais.

Dans le Sanctuaire du Tout –Puissant, nous avons enfermé le dernier fragment trouvé. Il doit en être ainsi. Peut-être parce que ce fragment n’a justement pas de porteur…

Le temps viendra où il sera réclamé, nous en sommes certains…

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Morgan Helsing

avatar

Messages : 2171
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 28
Localisation : Annecy

MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   Jeu 3 Déc - 14:33

Chapitre VI- Le Saint-Royaume


De toutes les terres présentes sur la planète, nulles ne peut être égale au Saint-Royaume en terme de beauté et de magnificence. Joyau d’Armélia, cette terre est parcourue de vastes forêts, cascades, fontaines, montagnes et plaines rayonnantes quand l’aube se lève. En langage commun, le Saint-Royaume a enflammé les esprits mais reste principalement connu sous l’appellation « les Cieux »


Nous savons que nous sommes chanceux que notre Mère nous ait donné cette chance. A l’origine le Saint-Royaume devait être une nouvelle terre d’asile pour notre peuple, Erathia scellée au fond des mers.

Devant notre nostalgie, Armélia remplie de compassion brisa le sceau pour faire ressurgir notre terre d’antan. Cependant au lieu de la laisser sur la planète, Erathia fut envoyée autre part par notre Mère. Seul des portails pouvaient nous permettre de retourner sur les Terres sans Nom.


C’est certainement ce qui est à la base de la sauvegarde de notre patrimoine mais aussi de notre héritage.
Erathia fut et est toujours bien plus qu’une terre et une concrétisation de notre rêve. C’est l’endroit qui maintient en vie notre culture, notre puissance et notre raison d’être.


Bien sûr devant cette faveur, nous nous étions engagés à ne pas oublier le Monde. Ainsi furent créés les portails. Il y en a plusieurs. Le principal est dans le Sanctuaire certes, mais il y en quelques autres.
Le saint-Royaume est un repère, un bastion de notre civilisation. C’est également un symbole qui brille sur tous les Anciens. Il nous rappelle qui nous sommes et maintient notre unité où que nous soyons.


Les Anciens sur Terre ont d’ailleurs bâti Estéfandia -aussi connu sous le nom de Symphonia- comme un souvenir de la gloire de notre temps.
Notre culture, notre civilisation ont été maintenues à travers le temps.


Aujourd’hui avec la résurgence des Ténèbres, nous pensons que le Saint-Royaume n’est plus que jamais indispensable à l’expansion des Anciens. Notre retour sur Terre s’est fait. Mais il nous reste de la route à parcourir.
Les Anciens dissimulés parmi les Elfes et les hommes, n’ont pas oublié qui ils sont. L’Appel est proche…

_________________
Dying is the day worth living for
Revenir en haut Aller en bas
http://angelaes.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Livre d’Ocitarhos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Livre d’Ocitarhos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête du Livre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» éditeur de livre sur les arcs et autres
» le livre rouge
» Le Livre de Mazarbul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres sans Nom :: SANCTUAIRE DES IMMORTELS :: BIBLIOTHÈQUE DU SAVOIR :: L'étagère des Manuscrits Nightwatch-
Sauter vers: